3 buts en 21 minutes pour le PSG face à Bordeaux : du jamais vu au Parc des Princes depuis 34 ans

Cavani et Meunier deux des buteurs parisiens en début de match face à Bordeaux

Cavani et Meunier deux des buteurs parisiens en début de match face à Bordeaux

On ne se lasse pas de revisiter cet incroyable PSG-Bordeaux – trêve internationale oblige – avec un fait plutôt rare dans l’histoire du club de la Capitale : trois buts marqués en seulement 21 minutes, par Neymar (5eme), Cavani (12eme) et Meunier (21eme).

C’est seulement la septième fois dans l’histoire du PSG que trois buts sont inscrits par les Parisiens en 21 minutes de jeu.

Mordechaï Spiegler, ici face à Mantes au Parc des Princes

Mordechaï Spiegler, ici face à Mantes au Parc des Princes

Le 17 mars 1974 à Avignon dans un match du championnat de seconde division, l’attaquant israélien Mordechaï Spiegler inscrit le triplé le plus rapide dans l’histoire du club en seulement 6 minutes (12eme, 13eme, 18eme), insuffisant pourtant pour remporter la rencontre, avec un score final de 3-3.

Carlos Bianchi, homme du match contre Nîmes malgré un penalty raté en fin de rencontre

Carlos Bianchi, homme du match contre Nîmes malgré un penalty raté en fin de rencontre

Quatre ans plus tard, un buteur légendaire du club va faire basculer rapidement la rencontre contre Nîmes en championnat au Parc des Princes, le 11 mars 1978 : Carlos Bianchi ouvre le score (5eme), donne une passe décisive à François Brisson (8eme) puis marque un second but (17eme). L’histoire retiendra que l’entraîneur de l’équipe, Jean-Michel Larqué, n’a pas vu le festival offensif des siens (score final 5-0) : alité, il était resté chez lui, victime d’une grippe tenace !

Mustapha Dahleb en duel avec le Tourangeau Guy Lacombe lors de la demi-finale de Coupe de France

Mustapha Dahleb en duel avec le Tourangeau Guy Lacombe lors de la demi-finale de Coupe de France

L’acte 3 arrive au Parc des Princes contre Tours, le 7 mai 1982 lors de la dernière journée de championnat. Quatre jours avant une demi-finale de Coupe de France explosive entre les deux équipes, le PSG débute remarquablement avec un but contre son camp de Bruno Steck après une frappe de Michel N’Gom (2eme), puis un but de N’Gom sur une passe de Boubacar (16eme) avant un tir en lucarne de Toko (19eme). Le score final sera de 4-3 pour Paris, avant une demi-finale sans but et une qualification parisienne à l’issue de la séance des tirs au but. Le 8 mai 1982, le PSG remportera son premier trophée en finale contre Saint-Etienne (2-2, 6-5 t.a.b.), mais c’est une autre histoire…

Ardiles, un but puis une blessure contre Strasbourg

Ardiles, un but puis une blessure contre Strasbourg

4-3, c’est aussi le score du PSG-Strasbourg du 26 octobre 1982. Kees Kist, avec l’aide involontaire du défenseur alsacien Jean-François Jodar ouvre le score après une première frappe sur le poteau (4eme), Osvaldo Ardiles inscrit son seul but parisien sur une belle reprise de volée (10eme) avant de sortir sur blessure 8 minutes plus tard, puis Kist alourdit le score d’une tête décroisée (21eme).

Kist, passeur décisif face à Lille

Kist, passeur décisif face à Lille

En fin de saison, le PSG se fera moins peur contre Lille (score final 4-1, le 29 avril 1983), avec trois buts signés Dominique Rocheteau sur un centre de Kist (4eme), Pacal Zaremba de la tête suite à un coup-franc de Mustapha Dahleb (6eme) et un tir brossé du pied droit du stratège Safet Susic (21eme).

La dernière fois que les Parisiens avaient marqué trois buts en 21 minutes au Parc des Princes avant le match contre Bordeaux, il y a plus de 34 ans !

Rabot, 3eme buteur à Troyes

Rabot, 3eme buteur à Troyes

Depuis ce match contre Lille, Paris aura réussi à une seule reprise une telle performance, lors du match historique à Troyes le 13 mars 2016, remporté sur le score incroyable de 9-0, avec des buts en début de match signés Edinson Cavani (13eme), Javier Pastore (17eme) et Adrien Rabiot (19eme).

Bravo donc aux Parisiens d’Unai Emery pour ce début de match canon contre Bordeaux, un évènement plutôt rare dans l’histoire des Rouge et Bleu.

Et merci à Laurent G pour son aide précieuse et sa réactivité !