mercato d’hiver : beaucoup de flops et quelques tops…

Souza et Everton avec le sourire, mais ça ne va pas durer...

Souza et Everton avec le sourire, mais ça ne va pas durer…

Alors que le mercato d’hiver débute timidement, nous vous présentons un petit historique de ce mercato d’hiver qui n’a pas toujours, c’est un euphémisme, porté chance au PSG. 25 ans en 2022, 37 joueurs engagés (mention spéciale à Mickael Madar, double recrue), et beaucoup plus de déceptions que de joies du côté du Camp des Loges…

Retour donc sur ce mercato d’hiver depuis ses débuts en 1997, et ses quelques acquisitions inoubliables, avec en « tête de gondole » l’incroyable fiasco du tandem brésilien Everton-Souza… Sans oublier les arrivées de Thiago Motta, Alex et Maxwell, trio gagnant en 2012.

l'énigmatique Monsieur Pouget...

l’énigmatique Monsieur Pouget…

1997, Cyril Pouget (Servette Genève, Suisse)

L’ancien attaquant du FC Metz et de l’équipe de France est venu au PSG pour relancer sa carrière après six mois au Servette Genève, en Suisse. Prêté pour six mois, il ne joue que 23 matches – dont la plupart comme remplaçant et inscrit 4 buts avant de quitter Paris pour Le Havre.

1998, Didier Martel (Châteauroux)

C’est Michel Denisot, dirigeant de Châteauroux, qui a poussé pour l’arrivée de cet attaquant de complément. Emporté par la crise à Paris, il ne joue que 5 matches et ne survit pas à l’arrivée de Charles Bietry. Martel part alors aux pays-Bas où il réussit une carrière exemplaire, à Utrecht puis au Vitesse Arnhem.

l'énigme Helder...

l’énigme Helder…

1999, Helder (Boavista, Portugal)

C’est Artur Jorge, de retour à Paris, qui engage cet espoir portugais qui portait les couleurs de Boavista. Dès son arrivée à Paris, il se blesse au genou et ne joue que 7 matches avant de partir en Espagne, au Rayo Vallecano.

1999, Bruno Rodriguez (Metz)

Le PSG en manque de personnalité engage ce puissant attaquant, qui s’est fait un nom à Metz. Si il inscrit un but décisif en L1 face à Marseille (2-1, le 04/05/1999), il finit par s’agacer face à ses dirigeants qui lui refusent une augmentation de salaire. L’arrivée du Brésilien Christian est un nouvel affront, et il part pour l’Angleterre et le modeste club de Bradford avec 20 matches et 6 buts au compteur…

Madar-Rodriguez, les deux font la paire !

Madar-Rodriguez, les deux font la paire !

1999, Mickaël Madar (Everton, Angleterre)

Fan du PSG, Madar réalise son rêve en signant au PSG à l’âge de 30 ans, aprrès avoir percé à Cannes, puis confirmé à Monaco, La Corogne en Espagne et Everton en Angleterre. Son parcours parisien est compliqué : 6 premiers mois réussis, un statut de remplaçant après l’arrivée du Brésilien Christian. En juin 2000, son contrat n’est pas renouvelé et il quitte le PSG sur un bilan correct ( 40 matches pour 14 buts inscrits) avant de revenir à Paris en en janvier 2011 après l’arrivée de son entraîneur fétiche, Luis Fernandez (voir ci dessous).

Gravelaine, la grosse côte

Gravelaine, la grosse côte

1999, Xavier Gravelaine (Montpellier)

Après deux séjours ratés au PSG, et alors qu’il joue les premiers rôles à Montpellier, Gravelaine surprend en revenant à Paris sous les ordres d’Artur Joge, un entraîneur qui ne l’avait pas ménagé… Quelques mois plus tard, Jorge est viré et son successeur Philippe Bergeroo ne compte pas sur le pauvre Gravelaine, qui n’aura joué que 11 matches sans le moindre but avant de quitter le club au terme d’un long contentieux avec le clun, direction l’Angleterre et Watford.

2000 : Talal El Karkouri (Raja Casablanca, Maroc, via Servette Genève, Suisse)

Le monde du football a découvert ce défenseur du Raja Casablanca lors de la Coupe du mondes des clubs. Engagé par le Servette de Genève, il se retrouve pourtant au PSG après avoir signé un contrat hors norme d’une durée de… 1 mois ! A l’issue de cette période d’essai et malgré les réticences du Servette, El Karkouri signe pour 4 ans. Sûr de loin, voire arrogant, il devient la tête de turcs des fans parisiens et accepte d’être prêté à L’Aris Salonique (Grèce) puis à Sunderland (Angleterre). Relancé par Vahid Halilhodzic, il quitte Paris en 2004 après 113 matches – et 2 buts – pour le PSG.

le globe-trotter Kaba Diawara

le globe-trotter Kaba Diawara

2000, Kaba Diawara (Marseille)

Instable (il aura joué pour 17 clubs en 17 saisons, Diawara après six mois décevants à Arsenal et Marseille (et aucun but marqué !) débarque à Paris alors que Jérôme Leroy rejoint Marseille. Un pari risqué – et raté pour Louis Fernandez : 17 matches, 2 buts, et des nouveaux prêts six mois plus tard pour Blackburn et West Ham.

2001, Mikel Arteta (prêt FC Barcelone, Espagne)

C’est la surprise de ce mercato d’hiver, pour un luis Fernandez très actif pour son retour à Paris : le prêt de ce jeune joueur de 18 ans, qui n’a jamais joué en match officiel avec le Barca mais dont la clause de cession de contrat s’élève à plus de 27 millions d’euros ! Le Basque va vite devenir essentiel au PSG, provoquer le départ de Luccin, avant un nouveau prêt pour la saison 2001-2002. Paris souhaite acquérir le jeune prodige… qui s’engage en secret pour l’Ecosse et les Glasgow Rangers et quitte Paris par la petite porte en 2002, après avoir joué 53 matches et inscrit 5 buts.

Maurico Pochettino, la belle trouvaille de Luis Fernandez

Maurico Pochettino, la belle trouvaille de Luis Fernandez

2001, Mauricio Pochettino (Espanyol Barcelone, Espagne)

Luis Fernandez engage le défenseur argentin et ne vas regretter son choix : Pochettino portera même le brassard de capitaine à Paris jusqu’en 2003 et le départ de son mentor. Il quitte alors Paris pour Bordeaux, alors que Pedro Miguel Pauleta débarque dans la Capitale, sans avoir démérité sous le maillot du PSG (95 matches, 6 buts) avant son retour au poste d’entraîneur des Rouge et Bleu il y a un an.

Vampeta et le président Perpere ont le sourire lors de la signature du contrat du Brésilien. Cela ne va pas durer...

Vampeta et le président Perpere ont le sourire lors de la signature du contrat du Brésilien. Cela ne va pas durer…

2001, Vampeta (Inter Milan, Italie)

Le PSG, qui vient de vendre Dalmat à l’Inter, récupère ce fantasque joueur brésilien, capable du pire comme du meilleur… Si son but contre Auxerre (3-0, le 07/04/2001) est exceptionnel, Paris va voir le pire ! Parti au Brésil après seulement 8 matches, il ne revient pas en France au début de saison 2001-2002 et reste à Flamengo. L’Inter Milan récupère dans la transaction un certain Adriano, alors que Paris se contente de Reinaldo, prêté dans la foulée à Sao Paulo…

De Lucas et Arteta signent au PSG

De Lucas et Arteta signent au PSG

2001, Enrique De Lucas (prêt Espanyol Barcelone, Espagne)

Si Luis Fernandez ne s’est pas trompé en engageant en Espagne Arteta, Pochettino et Heinze, l’arrivée en prêt de De Lucas reste un énorme échec : 5 matches, 0 but en 6 mois pour Paris pour un joueur qui portera les couleurs de Chelsea un an plus tard…

2001, Didier Domi (Newcastle, Angleterre)

C’est le coup de coeur de Luis Fernandez : le retour d’un enfant du PSG, Didier Domi, après un bon parcours à Newcastle sous les ordres de Ruud Gullit. C’est encore un échec : après 41 matches et un petit but, il préfère repartir en Angleterre 18 mois plus tard, à Leeds.

la joie de Fiorèse après le but de la victoire à Marseille en novembre 2003...

la joie de Fiorèse après le but de la victoire à Marseille en novembre 2003…

2001, Mickael Madar (libre)

Libre de tout contrat, Madar retrouve le PSG après six mois sans club. Pour un bilan décevant : 6 matches, 3 buts (dont 2 en coupes nationales) et un nouveau départ six mois plus tard…

2002, Fabrice Fiorèse (Guingamp)

L’attaquant de Guingamp se montre ferme avec son club de Guingamp, qui accepte à contre coeur son départ pour Paris après 4 ans et demi en Bretagne. Un renfort de choix pour le PSG : Fiorèse s’impose dans la Capitale, malgré une réputation de simulateur lors d’un match contre Bordeaux en décembre 2002. Halilhodzic l’associe à Pedro Pauleta pour une superbe saison en 2003-2004, avant son départ controversé pour l’OM en 2004, après 102 matches et 19 buts inscrits dans la Capitale.

le 8 pour Pédron

le 8 pour Pédron

2002, Jérôme Leroy (Marseille)

Magique mercato d’hiver ! Un an après son départ pour l’ennemi marseillais, Jérôme Leroy est de retour à Paris. Les supporters parisiens finiront par lui pardonner son périple marseillais après son doublé… à Marseille (3-0, le 09/03/2003), mais le départ de Fernandez et l’arrivée d’Halihodzic provoquera son départ pour Guingamp. Son bilan lors de son second passage au PSG : 71 matches et 8 buts.

2003, Stéphane Pédron (Lens)

En manque de temps de jeu à Lens, Pédron accepte un prêt de 6 mois au PSG pour relancer sa carrière. 17 matches et 2 buts plus tard, il finira par retourner à Lorient, où il avait débuté sa carrière professionnelle…

Ljuboja, l'homme à la crète

Ljuboja, l’homme à la crète

2004, Danijel Ljuboja (Strasbourg)

Passé par Sochaux et Strasbourg, le joueur à la crête blonde vient renforcer le PSG de Vahid Halihodzic et réussit six mois satisfaisants, avec 21 matches et 4 buts inscrits. La suite ne sera pas du même acabit :  blessé puis trop maladroit devant le but, il laisse sa place au Brésilien Reinaldo. Le départ de Coach Vahid et son remplacement par Laurent Fournier ne change rien : il quitte la France en 2005 pour un prêt en Allemagne à Stuttgart, après 58 matches et 8 buts pour le PSG.

0 match pour Habibou Traoré...

0 match pour Habibou Traoré…

2004, Habibou Traoré (prêt Gueugnon)

Lors de sa présentation, son coach Vahid Halilhodzic l’avait titillé pour le numéro de son maillot, le 14 du grand Johan Cruyff… Le pauvre Traoré ne jouera finalement jamais avec l’équipe professionnelle du PSG en match officielle et poursuivra sa carrière à Angers, en Ligue 2.

2005, Sergueï Semak (CSKA Moscou, Russie)

Son triplé avec le CSKA Moscou au Parc des Princes (1-3, le 07/12/2004) avait éliminé le PSG de la Ligue des Champions. Impressionné, Halilhodzic souhaite l’engager et Semak rejoint Paris quelques semaines plus tard. Son parcours au PSG – 31 matches et 1 but – sera décevant, même si Guy Lacombe souhaite le conserver au club en janvier 2006, pour un retour au pays, au FC Moscou.

Pari raté pour Gallardo au PSG

Pari raté pour Gallardo au PSG

2007, Marcelo Gallardo (River Plate, Argentine)

Paul Le Guen engage le joueur argentin, ancienne star de Monaco et meneur de jeu « à l’ancienne » pour relancer le PSG, en difficulté en championnat. Mais Gallardo ne trouve jamais sa place dans le onze parisien et quitte le club un an plus tard, sans regret, avec un bilan désastreux : 28 matches, 2 buts pour Paris…

Luyindula, le bon choix

Luyindula, le bon choix

2007, Peguy Luyindula (Levante, Espagne)

Ancien buteur de Lyon et de l’OM, Luyindula joue à Levante en Espagne quand le PSG l’engage pour relancer le club. Ses six premiers mois sont bons, et le buteur participe activement au sauvetage du club. Un an plus tard, Le Guen lui confie le rôle de Pedro Pauleta, qui se retrouve sur le banc. Une succession difficile, souvent maladroit, il perd sa place de titulaire avant un sursaut en 2008-2009, avec un retour chez les Bleus. Kombouaré ne compte pas sur lui et il est mis à l’écart du groupe professionnel, jusqu’en mai 2012. Ancelotti lui redonnera le statut de joueur du PSG jusqu’à la fin de l’année 2012 et son départ pour les USA. Son bilan à Paris : 182 matches pour 37 buts inscrits.

Clément, la bonne pioche

Clément, la bonne pioche

2007, Jéremy Clément (Glasgow Rangers, Ecosse)

Après avoir suivi Paul Le Guen en Ecosse aux Glasgow Rangers, Clément rejoint Paul Le Guen à Paris et s’impose dans l’entre-jeu, jusqu’à l’arrivée de Paul Makelele en 2008. Les deux joueurs règnent dans l’entre-jeu du PSG jusqu’au début de la saison 2010-11, où Clément Chantôme le pousse sur le banc. Un an plus tard, il rejoint Saint-Etienne, après 192 matches et 6 buts inscrits.

le duo Souza et Everton...

le duo Souza et Everton…

2008, Everton (Corinthians, Brésil)

« Jean Paul Roubineau » restera comme l’une des plus belles erreurs du casting au PSG… Espoir brésilien, il espère s’imposer à Paris mais ne va connaitre que des déboires lors de son court séjour à Paris (3 matches officiels…). Engagé pour 5 ans, Everton sera prêté  au Brésil, au Japon et en Corée du Sud, avant que Paris ne se débarasse enfin de cet encombrant joueur…

2008, Souza (Sao Paulo, Brésil)

Engagé avec Everton, Souza est déjà plus expérimenté et on espère trouver en lui le successeur de Raï… Révélé à Sao Paulo, il n’aura pas le temps de s’imposer en Europe avant de quitter le PSG six mois plus tard, avec seulement 17 matches sous le maillot parisien…

Maxwell, une des bonnes surprises du mercato d'hiver

Maxwell, une des bonnes surprises du mercato d’hiver

2012, Maxwell (Barcelone, Espagne)

Le latéral brésilien quitte Barcelone et son rôle de doublure pour s’éclater à Paris et devenir indispensable au PSG. Son amitié avec Ibrahimovic a pesé dans le transfert de la star suédoise, et son excellent parcours à Paris lui a ouvert les portes de la sélection brésilienne. Après 5 saisons réussies et 15 trophées remportés, il termine sa carrière dans la Capitale, à 36 ans.

Alex, la force tranquille...

Alex, la force tranquille…

2012, Alex (Chelsea, Angleterre)

Chelsea ne veut plus de lui et Alex rejoint au PSG Carlo Ancelotti, qui l’avait entraîné en Angleterre. Titulaire en défense centrale, après avoir repoussé la concurrence de Mamadou Sakho, il cède sa place à son jeune compatriote Marquinhos et rejoint le Milan AC après deux saisons réussies.

Motta, la légende est en route

Motta, la légende est en route

2012, Thiago Motta (Inter Milan, Italie)

Formé à Barcelone, le fragile Thiago Motta né au Brésil devient international italien et indispensable au PSG, où il est l’un des cadres du onze parisien. Sa science du jeu au milieu de terrain (231 matches de 2012 à 2018) et ses 19 trophées ont marqué l’histoire du club, qui n’a jamais trouvé son successeur depuis son départ à la retraite, à l’âge de 36 ans.

un match inoubliable pour Le Crom...

un match inoubliable pour Le Crom et seulement 14 pour Beckham

2012, Ronan Le Crom (libre)

Engagé par le PSG au poste de troisième gardien de but, le doyen du club est devenu le plus vieux joueur à porter le maillot du club (38 ans et 10 mois) pour sa seule apparition à Paris.

2013, David Beckham (libre)

Le « Spice Boy » s’était fait désirer la saison précédente et accepte une dernière pige à Paris. Si son charisme et sa personnalité ont séduit et ses adieux au Parc ont ému les supporters parisiens, son apport au PSG sur les pelouses restera anecdotique (14 matches joués).

la présentation de Lucas à Doha

la présentation de Lucas à Doha

2013, Lucas Moura (Sao Paulo, Brésil)

Engagé six mois plus tôt mais prêté à Sao Paulo, le jeune Lucas (21 ans) a connu 5 saisons contrastés au PSG, malgré un bilan comptable intéressant (228 matches pour 46 buts). Parfois irrésistible mais souvent maladroit, il ne s’est jamais imposé comme titulaire sous les couleurs Rouge et Bleu et porte depuis 5 ans les couleurs de Tottenham.

Cabaye, la poisse

Cabaye, la poisse

2014, Yohan Cabaye (Newcastle, Angleterre)

Le PSG engage l’international français en janvier 2014, pour soulager la doublette Thiago Motta-Verratti. Miné par les blessures, ses 18 mois sur les pelouses sont compliqués, et son départ inévitable, pour un retour en Angleterre à Crystal Palace. Après avoir mis un terme à sa carrière en février 2021, il est désormais directeur du centre de formation au PSG.

déjà 5 ans pour Draxler

déjà 5 ans pour Draxler

2017, Julian Draxler (Wolsburg, Allemagne)

Le 3 janvier 2017, le PSG engage le talentueux Julian Draxler, qui réussit des débuts exceptionnels sous les couleurs parisiennes (25 matches et 10 buts inscrits en 6 mois). La suite de son parcours sous les couleurs parisiennes est plus contrastée, même si il reste un joker de luxe pur sa 6eme année au PSG, dans l’ombre des stars parisiennes Lionel Messi, Neymar ou Angel Di Maria.

Gudes, une belle plus-value

Gudes, une belle plus-value

2017, Gonçalo Guedes (Benfica Lisbonne, Portugal)

30 millions d’euros pour ce jeune Espoir portugais (21 ans) engagé à Benfica comme doublure d’El Matador Edinson Cavani et un bilan bien maigre : 13 matches joués et zéro but inscrit. Prêté à Valence six mois plus tard il explose et signe finalement en Espagne avec une belle plus-value (40 millions + 10 de bonus). Guedes ne confirme pas ses beaux débuts en Valence depuis 5 ans et a perdu sa place en sélection portugaise, mais rien n’est perdu pour cet attaquant âgé de 25 ans.

Lo Celso, une belle surprise

Lo Celso, une belle surprise

2017, Giovani Lo Celso (Rosario, Argentine)

Engagé en juin 2016, Lo Celso poursuit son apprentissage à Rosario, son club formateur, avant de rejoindre le PSG au début de l’année 2017. Ses six premiers mois sont compliqués, puis Unai Emery le lance enfin avec succès (48 matches joués et 6 buts en 2017-2018, avec un but décisif en finale de la Coupe de France face aux Herbiers). Le départ d’Emery change alors la donne et Thomas Tuchel ne compte pas sur lui, provoquant son départ vers le Betis Seville, puis Tottenham, avec une nouvelle plus-value pour le club parisien.

Lass, hélas...

Lass, hélas…

2018, Lassana Diarra (libre)

A 33 ans, après une pige à Al Jazira, l’ancien milieu de terrain parisien arrive libre en janvier 2018, pour un contrat de 18 mois. Son parcours parisien est sans relief (19 matches joués) pour un joueur de 33 ans en fin de carrière, jusqu’à l’annonce de sa retraite en février 2019 après avoir résilié son contrat quelques jours plus tôt.

Paredes, le dernier

Paredes, le dernier

2019, Leandro Paredes (Zenit Saint-Petersburg, Russie)

A 25 ans, le milieu de terrain argentin formé à Boca Juniors quitte la Russie et signe au PSG, le 29 janvier 2019. Après des débuts poussifs, le fougueux Leandro Paredes monte en puissance et porte même le brassard de capitaine un an après son arrivée, face à Pau en Coupe de France. Titulaire en sélection et proche de Lionel Messi, il reste une option pour Mauricio Pochettino malgré la concurrence de Marco Verratti, Idrissa Gueye et consorts au PSG.