le fait du jour, 9 juin 1983, il y a 35 ans : l’étrange échange Kist-Assad…

Kist, un an à Paris et s'en va...

Kist, un an à Paris et s’en va…

Le 9 juin 1983, la transaction est officialisée : l’attaquant algérien Salah Assad est prêté pour une saison au PSG, et le buteur hollandais Kees Kist, dans le cadre de cet échange, rejoint Mulhouse, relégué en D2.

Une drôle de transaction mal perçue par les supporters parisiens, qui avaient fait du buteur hollandais leur chouchou…

Trois semaines plus tôt, le président Borelli avait décidé d’entamer des négociations pour faire signer la star algérienne de Mulhouse. Assad, auteur de 13 buts en 26 matches de championnat, n’a plus joué en championnat depuis le 26 février mais a confirmé son exceptionnel potentiel jusqu’à sa blessure au genou. De son côté, le club de Mulhouse sait qu’il ne pourra conserver sa star alors que la relégation semble inévitable…

Assad avec l'Algérie lors de la Coupe du monde 1982

Assad avec l’Algérie lors de la Coupe du monde 1982

Francis Borelli souhaite associer Salah Assad à Mustapha Dahleb, les deux joueurs ont enflammé la Coupe du monde en Espagne un an plus tôt. Problème, mais de taille : si Dahleb est considéré comme un joueur assimilé français (il est né en Algérie mais a débuté à Sedan en 1961, à l’âge de 9 ans !), Assad n’a quitté l’Algérie que douze mois plus tôt et sera considéré comme un joueur étranger. A cette époque, seuls deux joueurs non français (ou assimilés) ont le droit de joueur sous le même maillot et Paris possède déjà deux joueurs : le Yougoslave Safet Susic et le Hollandais Kees Kist.

Kist en action face à Swansea

Kist en action face à Swansea

Pour sa première saison au PSG, Kist a terminé meilleur buteur (18 buts, dont 12 en championnat). Mieux que Rocheteau, Susic ou Dahleb. Il n’a pas démérité mais si Assad doit venir à Paris, Kist doit partir…

Le buteur batave est aussi un des favoris des supporters parisiens et du Kop de Boulogne. La légende raconte qu’avant un match, alors qu’il s’échauffait, Kist avait accepté de boire de l’alcool proposé par un supporter  !!!

Alors que son départ est dans l’air, Kist se rappelle qu’il n’a laissé que de « bons souvenirs » du côté de Mulhouse : en inscrivant son seul triplé de la saison au Parc des Princes face aux Alsaciens (5-1, le 21/09/1982) puis en récidivant le 23 avril lors d’un match amical à Troyes (4-1 pour Paris). Mulhouse veut Kist, le PSG veut Assad, il reste au buteur hollandais à trouver un accord avec le club alsacien.

Kist en civil après la victoire en Coupe de France contre Nantes

Kist (au fond) en civil après la victoire en Coupe de France contre Nantes

Alors tout s’enchaîne… Le 24 mai, Kist déclare forfait avant le match de championnat contre Tours au Parc des Princes, pour une blessure au poignet. Si la blessure est bien réelle, le coeur n’y est déjà plus pour le Hollandais, sur le départ. Trois jours plus tard, le PSG retrouve Tours en 1/2 finale aller de la Coupe de France, sans Kist, comme le précise l’entraîneur Georges Peyroche : « il est regrettable qu’un homme comme Kist, qui nous a rendu beaucoup de services cette saison et qui, ne l’oublions pas, reste le meilleur buteur de l’équipe, ne puisse pas participer à cette rencontre. Il l’avait mérité… C’est un joueur très droit, que j’apprécie particulièrement. Lui même a paru vraiment désolé en m’apprenant son forfait. Il ne mérite pas le sort qui est le sien ».

le cri du coeur d'un supporter du PSG pour garder Kist à Paris

le cri du coeur d’un supporter du PSG pour garder Kist à Paris

Si Kist n’est pas présent, c’est qu’il a préféré renoncé à l’entraînement la veille pour rencontrer le président de Mulhouse et évoquer son transfert ! Une rencontre organisée par le club, contre le gré du joueur qui regrette déjà qu’on l’oblige à partir de la sorte.

Alors que Kist a joué en championnat à Rouen pour un match sans enjeu (1-0 pour Paris, le 03/06/1983), le buteur hollandais va faire part de son mécontentement en refusant de jouer la 1/2 finale retour contre Tours, après que le PSG se soit imposé 4-0 à l’aller. Si Georges Peyroche s’était montré conciliant dans un premier temps, la réaction est toute autre : « Kees m’a demandé de ne pas jouer, afin de ne pas se blesser avant de signer à Mulhouse. J’ai respecté sa décision et je l’ai accepté. Avouez donc qu’il serait curieux de l’aligner pour la finale, ne serait ce que vis-à-vis des autres joueurs ! Cela dit, j’avoue que la façon dont il quitte le club me rend triste. Je le regrette d’autant plus qu’il a effectué une très bonne saison et qu’il m’a surpris : il a confirmé ses talents de buteur, mais il a aussi prouvé qu’il était excellent dans le jeu collectif. Dommage… »

Assad, l'erreur de casting

Assad, l’erreur de casting

Kist suivra donc la finale victorieuse contre Nantes depuis les tribunes, et descendra sur la pelouse en civil pour les photos souvenirs…

Le président Borelli, qui s’était rarement trompé sur ses recrues (à l’exception de l’Autrichien Niederbacher en 1984…) précisera sur cet échange : « c’était une opportunité qu’il m’a paru intéressante de saisir ».

Kist signe donc pour trois saisons à Mulhouse, alors que Assad rejoint Paris pour une saison en prêt.

le rapport médical sur l'état de santé du genou d'Assad

le rapport médical sur l’état de santé du genou d’Assad

A la fin juin, inquiet pour la santé et le genou d’Assad, le président parisien demandra l’avis à plusieurs médecins (voir document joint) alors que le joueur a rejoint Paris… sur des béquilles ! Le contrat ne sera finalement signé que début juillet, après que les doutes sur un retour d’Assad ne se soient dissipés. Paris cherchera même discrètement une alternative en attaque, sans succès. Le 29 juillet, Assad débarque à Paris. Le 2 septembre, on lui enlève à Alger la broche dans son genou gauche. Le 1er octobre, il débute avec l’équipe réserve puis le 22 octobre, il est aligné contre Lille au Parc des Princes. Assad réussit sa première passe décisive après seulement… 45 secondes de jeu, avec un centre repris par Miche N’Gom mais Paris sera battu au final (4-5). Le 16 novembre, il entre en jeu à Turin face à la Juve (0-0) après la pause. Le 10 décembre, il inscrit son unique but pour le PSG (victoire 3-0 à Lens), avant de rechuter en début d’année, souffrant toujours du genou. Entre sa blessures et ses aller-retours incessant pour jouer avec l’Algérie, Assad n’aura joué que 11 matches pour le PSG et ne sera pas conservé par le club. Kist, avec 10 buts en 27 matches, ne permettra pas à Mulhouse d’atteindre son objectif, la remontée en première division.

Kist, avec Didier Six, victorieux du PSG de Gérard Janvion

Kist, avec Didier Six, victorieux du PSG de Gérard Janvion

L’histoire retiendra que le 29 janvier 1984, les deux hommes se sont croisés à Strasbourg lors d’un 32ème de finale où Paris, double vainqueur du trophée, a perdu « sa » coupe de France (0-1). Kist, avec le brassard de capitaine, a réussi un grand match comme il l’avait annoncé : « je serai encore plus déchaîné que d’habitude ! ». Pour sa part, Assad a été transparent…

Kist retournera au Pays-Bas à l’issue de cette saison, après une carrière bien remplie et des buts à la pelle : il est le 4eme meilleur buteur en championnat hollandais avec 21 buts, juste derrière un certain… Johan Cruyff !

Assad, pour sa part, sera enfin débarrassé de ses soucis au genou après une opération en 1987 pour lui enlever… un simple kyste au niveau de l’articulation !