8 septembre 1978 : le seul jour où le PSG a apprécié Jean-Michel Larqué…

Larqué, une histoire passionnée avec le PSG...

Larqué, une histoire passionnée avec le PSG…

Jean-Michel Larqué aime-t-il le PSG ? Ses nombreuses déclarations depuis qu’il a embrassé la carrière de consultant radio et TV semblent laisser penser le contraire, un curieux destin pour un ancien du club, joueur et entraîneur…

Le Parc des Princes a rarement eu l’occasion de le voir au meilleur de sa forme, à l’exception du 8 septembre 1978, il y a 39 ans jour pour jour.

Jean-Michel Larqué, engagé pour entraîner le PSG un an plus tôt, avait rechaussé les crampons par obligation suite au refus du Lyonnais Serge Chiesa, très proche de Paris. Un poste d’entraîneur joueur difficile à gérer : quelques mois plus tard, il avait décidé de se consacrer à son rôle d’entraîneur, sans plus de succès.

Larqué en action face à Bastia

Larqué en action face à Bastia

Le 21 août 1978, c’est officiel : Larqué jette l’éponge et décide de revenir simple joueur. Un échec cuisant pour un homme qui n’aura pas su souder un groupe déchiré entre stars vieillissantes et jeunes espoirs formés au club.

Face à Bastia ce 8 septembre 1978, Larqué joue son second match au Parc des Princes, après un retour prometteur contre Saint-Etienne (1-1, le 25 août).

Les  30.596 spectateurs présents au Parc des Princes assistent à un festival de l’ancien Stéphanois :  centre de la gauche et passe décisive pour Carlos Bianchi qui ouvre le score d’une pichenette (33) puis sur un corner frappé par Larqué, Lokoli puis Bianchi démarquent Pilorget qui double la mise (39). A l’heure de jeu, Larqué sollicite Renaut, M’Pelé récupère le ballon et centre vers Renaut qui a poursuivi son effort. La tête plongeante de ce dernier ne laisse aucune chance au gardien Weller (57).

un seul festival pour Larqué au PSG...

un seul festival pour Larqué au PSG…

Le Festival Larqué n’est pas terminé : il est également à l’origine du dernier but parisien, en lancant M’Pelé qui centre vers Carlos Bianchi. Le buteur argentin contrôle et fusille l’infortuné Weller (60). Paris s’impose avec la manière et le public apprécie le récital contre un redoutable adversaire. Larqué, radieux,  savoure ce moment intense : « Je suis heureux. Quatre buts marqués, aucun encaissé devant la meilleure attaque du championnat, c’est un joli bilan. Cette victoire a fait plaisir au public et doit redonner confiance et assurance à toute l’équipe ».

Une performance sans lendemain : Larqué quittera le PSG à la fin de la saison pour le Racing de Paris, avant de devenir journaliste sportif…

Un départ sur un échec… et peut-être une bonne raison, finalement, de ne pas toujours épargner le PSG !