tribune K du Parc des Princes, là ou tout a commencé…

la tribune K, où tout a commencé...

la tribune K, où tout a commencé…

Septembre 1976. Pour la première fois dans l’histoire du club, des supporters parisiens sont réunis pour encourager le PSG, placés en tribune K.

500 jeunes qui vont changer le cours de l’histoire du club de la Capitale,  il y a un peu plus de 40 ans…

la carte d'abonné des jeunes supporters du PSG

la carte d’abonné des jeunes supporters du PSG

Fin de saison 1975-1976. Le PSG de Daniel Hechter et Just Fontaine termine son championnat sans passion et dans la plus grande indifférence.

Depuis deux ans que le club parisien a retrouvé l’élite du championnat, le Parc des Princes n’est plein que pour les grandes affiches face aux ténors du championnat : Saint-Etienne, Nantes ou Reims. Le versatile public du Parc n’est pas conquis par le club de la Capitale et les dirigeants du PSG ont alors l’idée de redonner vie au stade en invitant un certain nombre de scolaires qui pourront mettre l’ambiance et soutenir – enfin – les Rouge et Bleu.

un sticker de kégende

un sticker de kégende

Le 11 mai 1976, seulement 5.904 spectateurs payants assistent au match de championnat PSG-Lyon. L’ambiance est pourtant au rendez-vous grâce à 3.000 scolaires de la région parisienne invités et regroupés en Tribune G. Trompette, sifflets, banderoles : le Parc découvre pour la première fois une ambiance festive et le Président Hechter se félicite de cette initiative, en espérant récidiver dès la saison suivante.

l'appel du club pour rejoindre la tribune K

l’appel du club pour rejoindre la tribune K

 

La section « Jeune Supporter du PSG » va voir le jour. Pour une cotisation annuelle de seulement 10 francs (1,50 euro !), un jeune fan de Paris pourra assister à dix matches gratuits (dont PSG-Marseille, qui n’est pas encore un clasico…) et se verra offrir photos et autocollants à la gloire du club.

Pourquoi un tel pari sur la jeunesse ? Le club communique : « Les jeunes veulent voir au Parc ceux à qui ils s’identifient. Si les Parents sont Bretons, Alsaciens, Auvergnats, ces jeunes sont pour la plupart nés à Paris, ont vécu toute leur enfance à Paris et suivent des études dans la Capitale. Ils n’ont d’yeux que pour les Rouge et Bleu, un peu de chauvinisme, d’esprit de clocher, c’est sympathique et cela apporte un peu de chaleur et de nouveauté dans ce grand stade qui n’est que trop épisodiquement « supporter ».

la tribune K à l'honneur

la tribune K à l’honneur

Le 18 septembre 1976 face à Reims, les 500 premiers signataires rejoignent le Parc et sont placés en tribune K, le nouvel emplacement chois par le club.

Le nombre de jeunes ne vas pas cesser de croitre, 800 contre Troyes, 1.200 contre Valenciennes… Les joueurs sont ravis de ce soutien inattendu et dès le début de l’année 1977, le Kop de la Tribune K, tel que le nomme le programme officiel du club à l’époque, compte plus de 3.000 adhérents !

la naissance d'un kop rouge et bleu

la naissance d’un kop rouge et bleu

Le 2 mars 1977, une première assemble générale des « jeunes supporters » se déroule au stade de la Porte d’Ivry, en présence du président Hechter. Un président est nommé, un bureau de sept représentants issus de la région parisienne devra encadrer les jeunes et les nouveaux arrivants pour amplifier l’ambiance au Parc.

le début d'une belle histoire...

le début d’une belle histoire…

Lors de la saison 1977-1978, le « mini Kop » en tribune K poursuit son ascension…

La saison suivante, les premiers résidents de la tribune décident alors de quitter la tribune, suite à une modification de la tarification au Parc, et avec la bénédiction du club. Exit la tribune K, bonjour la tribune Boulogne. A cette époque, l’enthousiasme des jeunes supporters du club lui permet de rêver au titre honorifique de « meilleur public de France » pour la saison 1978-1979.

quand les kopistes communiquent...

quand les kopistes communiquent…

 

 

 

 

Le club se félicite de ce soutien inespéré et on peut lire alors : « l’équipe visiteuse venait de marquer un but… Alors que l’équipe parisienne revenait lentement vers le milieu de terrain, moment très pénible pour les joueurs, on a vu tout à coup face à eux, dans les tribunes du virage Boulogne, une forêt de drapeaux bleu et rouge s’agiter et des cris d’encouragement s’élever, comme si c’était Paris qui avait marqué ! …. Cette réaction d’une partie du public nous a fait chaud au coeur : des spectateurs, ils étaient devenus supporters ».

Ainsi naquit au début de la saison 1978-1979 le désormais célèbre Kop de Boulogne. Mais ça, c’est une autre histoire…