le fait du jour, 30 mai 1982, le PSG dans l’enfer du Salvador

l'Estadio Cuscatlan, dans l'enfer du Salvador...

l’Estadio Cuscatlan, dans l’enfer du Salvador…

Fin de saison 1981-1982. Après le Chili et le Pérou, et avant des congés bien mérités au Mexique, où les épouses des joueurs et le président Borelli doivent les rejoindre, le PSG fait escale au Salvador.

Depuis deux ans, le pays est en proie à la guerre civile entre les paramilitaires de l’extrême droite et la guérilla marxiste. La junte militaire au pouvoir va se faire rapidement remarquer en confisquant les passeports de toute la délégation parisienne, puis en les retenant avant le match dans un hôtel entouré par de nombreux militaires.

le Salvador dans les années 1980...

le Salvador dans les années 1980…

Les joueurs entendront plusieurs coups de feu pendant la nuit, Jean-Marc Pilorget nous avait confié dans le livre « Témoignages », pour fêter les 40 ans du club, avoir été marqué à vie par ce court passage au Salvador, à la vue de plusieurs corps sans vie au petit matin.

Eric Renaut, pour sa part, se souvenait des photos qu’il avait prises depuis sa chambre d’hôtel, provoquant l’intervention musclée des militaires, lui confisquant la pellicule de l’appareil photo. Un seul joueur semblait ne pas craindre pour sa vie, le grand attaquant tchadien Toko, qui n’hésitait pas à sortir pour se rendre compte de la situation aux abords de l’hôtel.

Jorge Magico Gonzalez, star du Salvador

Jorge Magico Gonzalez, star du Salvador

Le match s’est déroulé dans cette ambiance pesante, avec des militaires armés tout au tour du stade et près de la pelouse. Devant 40.000 spectateurs, le PSG s’incline de justesse sur le score de 2-1,  avec des buts signés par Norbeto Huezo (6eme), une égalisation parisienne par Michel N’Gom (10eme) avant le but de la victoire inscrit par le buteur local, Ever Hernandez (23eme).

Les Parisiens seront impressionnés par le talent de la star du Salvador, « Magico » Gonzalez, qui sera même proposé au club parisien quelques semaines plus tard ! (la biographie de ce joueur admiré par Diego Maradona en personne c’est ici et ).

le onze du Salvador en 1982

le onze du Salvador en 1982

Après la rencontre, la junte au pouvoir décide alors contre toute attente de rejouer un second match quelques jours plus tard, provoquant un incident diplomatique avec l’ambassade de France ! Les passeports sont finalement rendus aux Parisiens, qui quittent avec soulagement le Salvador, pour le pire déplacement dans l’histoire du club…

De son côté, le Salvador va connaître un parcours désastreux au Mundial espagnol, avec trois matches perdus et une défaite record face à la Hongrie sur le score de… 10-1 !

un rare cliché de cette rencontre, avec Bathenay en duel

un rare cliché de cette rencontre, avec Bathenay en duel

La feuille de match : 

A l’Estadio Cuscatlan, arbitre Mr Rodas

Salvador-PSG 2-1

Buts : Huezo (7eme), Hernandez (10eme) pour le Salvador, N’Gom (10eme) pour le PSG

Salvador : Ricardo Guevara Mora (Eduardo Hernandez) – Castillo, Dagoaga, Rodriguez, Recinos – Luis Baltazar, Ramirez Zapata (Ventura), Huezo, Rugamas – Rivas (Ragazzone), Ever Hernandez, Jorge Gonzalez.

PSG : Merelle – Bacconnier, Pilorget, Bathenay, Toffolo – Lemoult, Guillochon, Boubacar – N’Gom, Cardinet, Sanchez.