6 janvier 1978, il y a 40 ans : la fin du règne Hechter au PSG, pour tout comprendre sur l’affaire de la « caisse noire »

Daniel Hechter, la fin de sa présidence au PSG

Daniel Hechter, la fin de sa présidence au PSG

Le 6 janvier 1978, il y a 40 ans aujourd’hui, le PSG vivait la première crise de son histoire avec l’officialisation de la radiation de son président et mécène, Daniel Hechter, emporté par l’affaire de la « Caisse noire » du club.

L’épilogue de deux mois de révélations et la fin d’une époque pour les Rouge et Bleu…

Le 9 novembre 1977, le PSG accueille Saint-Etienne au Parc des Princes. Les Verts sont largement favoris mais Paris n’est jamais aussi fort que face aux ténors du championnat : Mustapha Dahleb marque trois buts et participe activement à un prestigieux succès (4-1).

Daniel Hechter perd rapidement le sourire en constatant après la rencontre que l’affluence officielle est de 38.0000 personnes, alors que le stade était archi-plein !… Deux jours plus tard, il décide de licencier discrètement le responsable financier du club, Alain Rosen. C’est le début de l’affaire de « la caisse noire ».

Dahleb face aux Verts en 1977

Dahleb face aux Verts en 1977

Comment fonctionne cette caisse noire ??

Le responsable de l’imprimerie des billets révèle alors que plus de 60.000 billets lui sont commandés depuis plusieurs matches, alors que la contenance du Parc est d’environ 50.000 spectateurs. Les billets imprimés en plus sont alors vendus officieusement, pour alimenter la caisse noire et régler des primes aux joueurs. Cette pratique lèse le club visiteur et Le Groupement, qui perçoivent un pourcentage sur chaque place.

le ticket de match face aux Verts

le ticket de match face aux Verts

Le 13 décembre, les dirigeants parisiens informent la Fédération Française de Football de l’existence de ce système de double billetterie et d’un détournement de fonds servant à verser des primes non déclarées aux joueurs.

Daniel Hechter propose alors un remboursement au FISC, mais le quotidien « France Soir » révèle au grand jour l’affaire dans son édition du 20 décembre.

Tout s’enchaîne dramatiquement pour le club : la presse annonce que le président parisien, en congés à l’étranger, serait parti pour échapper à la justice !

la presse s'empare de l'affaire...

la presse s’empare de l’affaire…

Le 30 décembre, Daniel Hechter rentre enfin en France pour s’expliquer mais nie toute responsabilité : « L’administration n’est pas ma partie. Ce sont les problèmes sportifs qui sont surtout de ma compétence, c’est pourquoi la double billetterie a pu, pendant quelques mois, être créée et a fonctionné à mon insu. Alain Rosen, pour sa part, affirme que la création d’une caisse noire au PSG remonte au mois de décembre 1975 !

Daniel Hechter parle enfin

Daniel Hechter parle enfin

Daniel Hechter nie mais concède qu’il avait demandé lors de la saison 1976-77 au directeur administratif du club, Philippe Lacourtablaise, d’imprimer pour une durée de neuf mois un supplément de billets sur les grosses recettes, pour combler le déficit du club, mais qu’il croyait que ces pratiques avaient depuis cessé. Pour plaider sa bonne foi, le président parisien rappelle que c’est lui-même qui avait décidé de porter plainte après le match de Saint-Etienne et que son investissement financier personnel pour le club depuis 1973 n’est plus à démontrer. Mais l’affaire fait désormais la une de la presse, et la sanction semble inévitable…

les attendus du jugement

les attendus du jugement

Le 6 janvier 1978, cinq personnalités du football français, « Le Comité des 5″, composé de responsables du Groupement (ex Ligue de football professionnel)  se réunissent pour juger l’affaire, et Daniel Hechter. Le sort de Philippe Lacourtablaise, qui assume tout, est déjà scellé. Michel Peschaud, vice-président du club nommé par R.T.L, est suspendu pour une durée indéterminée. La première audition est celle de Daniel Hechter à 16h45, et la délibération commence à 21h30. A l’énoncée du verdict, qui confirme sa radiation à vie du football professionnel, Daniel Hechter réagit avec virulence et conteste la régularité du jugement : « C’est un scandale, c’est une parodie de justice ! ». R.T.L, principal associé du club, se réserve le droit de retirer sa participation, mais va finalement rester fidèle au club de la Capitale. L’avenir du club semble incertain, malgré la probable nomination d’un nouveau président, un certain Francis Borelli…

Daniel Hechter, radié à vie et héros du Parc des Princes

Daniel Hechter, radié à vie et héros du Parc des Princes

Le 8 janvier, les joueurs vont rassurer les amoureux du club en écrasant le leader du championnat, Marseille (5-1). Au coup de sifflet final, le capitaine du club Mustapha Dahleb remet le ballon du match à son ancien président, qui quitte la tribune sous les applaudissements du public parisien. Larqué explique ce geste : « Je trouve normal que les gars aient voulu rendre hommage à leur ex-président. Il a pris le club en D.2, il le laisse en première division. C’est un beau cadeau qu’il fait aux Parisiens ! » Daniel Hechter déclare alors : « le PSG, c’est bien fini. »

Daniel Hechter et Eric Renaut le 8 janvier 1978...

Daniel Hechter et Eric Renaut le 8 janvier 1978…

Mais l’affaire est loin d’être terminée. Le 12 février, Daniel Hechter fera officiellement appel de cette décision et ira jusqu’au Conseil d’État pour faire annuler sa radiation. Le 19 décembre 1980, la radiation à vie sera finalement invalidée.

Le PSG, désormais présidé par Francis Borelli, a survécu à cette affaire, et va remporter 18 mois plus tard son premier trophée majeur, la Coupe de France.

Mais c’est une autre histoire…