17 juillet 1977 : Branko Radovic, une première sans lendemain avec le PSG

Radovic, 20 jours et 4 matches au PSG et puis s'en va...

Radovic, 20 jours et 4 matches au PSG et puis s’en va…

17 juillet 1977. Le PSG s’impose à Troyes en amical (3-1) avec le premier but parisien du goleador Carlos Bianchi, mais c’est surtout la présence en défense centrale d’un défenseur yougoslave qui intrigue lors de ce succès des Rouge et Bleu.

Branko Radovic s’entraîne depuis trois jours au Camp des Loges. Mis à l’essai, il a répondu présent alors que le Brésilien Marcio de l’Atletico Mineiro a préféré ne pas accepter cette mise à l’épreuve avant la signature d’un contrat.

Radovic sous le maillot de l'Etoile Rouge Belgrade

Radovic sous le maillot de l’Etoile Rouge Belgrade

Radovic n’est pas un inconnu en Yougoslavie : formé à Titotgrad, il a rejoint l’Etoile Rouge de Belgrade et s’est imposé comme un défenseur incontournable : 228 matches depuis ses grands débuts inoubliables face à Santos et la star Pelé – ainsi que le futur parisien Joel Camargo – devant plus de 70.000 spectateurs à Belgrade (score final 3-3, le 10/09/1969). L’histoire retiendra que Santos menait 3-0 avant l’entrée en jeu de jeunes espoirs de l’Etoile Rouge, dont Radovic, qui ont sonné la révolte du club yougoslave. Des débuts compliqués après ce match prestigieux, une blessure aux ligaments des genoux avant une victoire avec l’équipe espoirs yougoslave aux Jeux Méditerranéens en Turquie en 1971 qui vont lancer sa carrière.

Radovic (debout à droite) lors du match Laval-PSG

Radovic (debout à droite) lors du match Laval-PSG

Prêté pendant une saison et demi au FK Sutjeska Niksic (club du Monténégro qui évolue alors en première division yougoslave), il revient à Belgrade en 1973 et s’impose, à 23 ans, en défense centrale à l’Etoile Rouge, dans une équipe qui réussira l’exploit d’éliminer le Real Madrid en 1/4 de finale de la Coupe d’Europe des vainqueurs de coupe lors de la saison 1974-1975 après une mémorable séance de tirs au but (0-2, 2-0, 6-5 t.a.b.), même si certains supporters serbes lui reprochent une erreur fatale en défense à l’origine de l’élimination au prochain tour, en demi-finale contre Ferencvaros. Il joue 26 matches en championnat lors de la saison du sacre de champion en 1976-1977, un titre qu’attendait l’Etoile Rouge depuis quatre ans.

Radovic et... Susic, prénom Sead !

Radovic et… Susic, prénom Sead !

En 1977, à 27 ans alors que l’âge légal pour quitter la Yougoslavie est de 28 ans, il est donc mis à l’essai à Paris et va disputer quatre matches amicaux avec les Rouge et Bleu (Troyes 3-1, Laval 0-2, Nice 3-0 et Fluminense 1-1) pendant son séjour de la Capitale, long de 20 jours.

Le 27 juin 1977, le PSG confirme qu’il ne gardera pas Branko Radovic dans son effectif. Un choix surprenant après un si long essai… On ne connaitra jamais les raisons officielles d’une telle décision : désaccord financier sur le contrat ? impossibilité de faire valider le transfert et refus de la dérogation de la Fédération yougoslave pour un joueur âgé de moins de 28 ans ?

Capitaine heureux à Atlanta

Capitaine heureux à Atlanta

Radovic revient alors à l’Etoile Rouge à Belgrade, se contenant de 12 matches en équipe première. Il décide alors de quitter pour de bon la Yougoslavie, direction… les USA, pour six années lucratives dans le championnat américain : 1 an aux Colorado Caribous, deux saisons aux Atlanta Chiefs qui a récupéré la franchise de Colarado, un an au New Jersey Rockets, et une dernière année au Cleveland Force. L’histoire retiendra qu’il est parti aux Etats-Unis avec un coéquipier de l’Etoile Rouge Belgrade, un certain Sead Susic, frère cadet et portrait craché de la légende parisienne Safet, qui avouera que son frère était plus talentueux, mais moins sérieux et ambitieux que notre « Papet ».

tête de gondole du projet Atlanta à la fin des années 1970

tête de gondole du projet Atlanta à la fin des années 1970

Capitaine à Atlanta, il sera même sacré champion de la côte Est des Etats-Unis… en indoor, lors de la saison 1979-1980, avant d’échouer en finale de division.

En 1984, il rentre au pays devient entraîneur des équipes de jeune à l’Etoile Rouge, sans jamais imposer son style. Il entraîne par la suite l’Apoël Nicosie en Chypre, Obilic, Mladost et Smederevo en Yougoslavie avant de tenter un pari exotique sans réussite au Vietnam, à Thé Cong, une expérience qu’il n’oubliera jamais, pour la liberté de diriger un club comme il l’espérait.

Radovic en 2013, déçu et amer de n'avoir jamais été contacté par son club de coeur, l'Etoile Rouge Belgrade

Radovic en 2013, déçu et amer de n’avoir jamais été contacté par son club de coeur, l’Etoile Rouge Belgrade

 

 

De retour à Belgrade, il attend désespérément que l’Etoile Rouge le contacte, avant de se rendre à l’évidence et de mettre un terme à sa carrière d’entraîneur.

Pour le plaisir, le show Pelé face à l’Etoile Rouge Belgrade pour les grands débuts de Radovic :