10 juillet 1982 : Ivica Surjak signe au PSG

le jour de gloire pour Ivica Surjak : la victoire en Coupe de France, pour son dernier match à Paris

le jour de gloire pour Ivica Surjak : la victoire en Coupe de France, pour son dernier match à Paris

Le 10 juillet 1982, c’est officiel : Ivica Sujak est Parisien.

Un an à Paris suffira au joueur yougoslave pour marquer l’histoire du club de son empreinte (40 matches, 12 buts), avec ce centre désormais célèbre le 15 mai 1982 pour son dernier match à Paris, à l’origine de l’égalisation de Dominique Rocheteau à la clé.

Un choix murement réfléchi : « j’ai signé après une longue réflexion, car j’avais beaucoup d’offres dont Anderlecht et son entraîneur Tomislav Ivic, mais aussi des clubs italiens et allemands. Longue réflexion aussi car le football en tant que métier n’est pas la seule chose qui compte dans ma vie. J’ai choisi Paris car c’est de loin la plus belle ville d’Europe voir du monde. Il n’y manque qu’une chose : un grand club européen, je souhaite que cela arrive et participer à cela. »

Surjak et Dahleb, pour les débuts du Yougoslave au tournoi de Paris

Surjak et Dahleb, pour les débuts du Yougoslave au tournoi de Paris

Cet élégant attaquant gaucher, grand par la taille (1,91 m pour 83 kg) et par le talent, n’a laissé que des bons souvenirs aux supporters parisiens. Surjak a fait toute sa carrière à Hajduk Split, le club le plus célèbre de la Croatie. A 11 ans, il joue en pupille à Hajduk puis débute avec l’équipe professionnelle le 3 octobre 1971 face au Partizan Belgrade, champion de Yougoslavie en titre. Son but victorieux (victoire 2-1 d’Hajduk) lui donne déjà un statut de héros qu’il va parfaitement assumer, malgré son jeune âge.

un palmarès exceptionnel avec Hajduk Split

un palmarès exceptionnel avec Hajduk Split

Les trophées s’accumulent : quatre titres de champion et cinq Coupes nationales. Avec l’équipe de Yougoslavie, même topo : Surjak inscrit un doublé en Grèce qui qualifie la Yougoslavie pour la Coupe du monde (4-3, le 19/12/1973). Capitaine d’Hajduk Split et de la Yougoslavie, il ne connaît pas le même bonheur lors des rencontres de la phase finale de Coupe du monde en 1974, puis 1982. En Coupe d’Europe, l’équipe d’Hajduk est poursuivie par la malchance, échouant au stade des demi -finales en 1973, 1976, 1978.

Face aux Verts en 1975

Face aux Verts en 1975

La France découvre ce grand gaillard le 23 octobre 1974 lorsque Saint-Etienne tombe en Croatie (1-4), avec trois passes décisives de Surjak. Le retour en France ne sera pas de la même veine, les Verts s’imposent 5-1 et ruinent les espoirs de tout un peuple. Surjak doit attendre sa 28ème année comme l’exige la Fédération yougoslave, pour quitter son pays, après 490 matches sous les couleurs d’Hajduk Split… et le début d’une carrière de chanteur avec le titre Julija ! Il choisit la France et le PSG et va rapidement devenir indispensable à Paris.

Capitaine de la Yougoslavie face à l'Italie de Dino Zoff

Capitaine de la Yougoslavie face à l’Italie de Dino Zoff

Excellent joueur de tête et merveilleux tireur de coup-franc, Surjak est décisif pour son dernier match à Paris face à Saint-Etienne (2-2, 6-5 t.a.b, le 15/05/1982). Deux passes décisives, dont un dernier centre du côté droit pour Rocheteau au bout de la nuit permet à Paris d’égaliser avant de s’imposer à l’issue de la séance des tirs aux buts. Le président Borelli souhaite le conserver, mais sa star yougoslave s’est déjà engagée pour le modeste club italien de l’Udinese.

Surjak sous le maillot de l'Udinese

Surjak sous le maillot de l’Udinese

Dans le Calcio, il n’inscrit que deux buts en 29 matchs et se retrouve sur la touche après l’arrivée de la star brésilienne Zico. Après une saison blanche, il rejoint Saragosse et le Championnat espagnol (1984-1985) sans connaître le succès, malgré un but exceptionnel face à Barcelone, champion d’Espagne. En 1999, alors qu’il pilotait son bateau, Surjak est à l’origine d’un drame qui a coûté la vie à un nageur. Il a finalement été déclaré non coupable par la justice yougoslave.

Fidèle au football croate et à l'Hajduk Split

Fidèle au football croate et à l’Hajduk Split

De retour à Split, il devient agent de joueurs, s’occupe du bar qu’il a ouvert, occupe le poste de directeur sportif (1998-2004), puis celui de conseiller du président à Hajduk Split avant de quitter un club en crise lors de l’année 2010, à l’ombre du Dinamo Zagreb (11 titres de champion pour Zagreb lors des 12 dernières saisons). Discret, il reste un supporter de son club de coeur et n’a pas hésité à rechausser les crampons pour une belle cause, le 16 février 2013, un match amical en salle à la veille d’un choc très attendu opposant Serbes et Croates, entre des anciennes gloires des deux pays.

Merci Monsieur Surjak, on ne vous oubliera pas…