28 septembre 1982, il y a 40 ans : premier succès européen pour le PSG

le capitaine Bathenay lors du premier match du PSG en 1982 face à Sofia

le capitaine Bathenay lors du premier match du PSG en 1982 face à Sofia

Quinze jours plus tôt au match aller, à Sofia, des Parisiens bien trop timorés se sont inclinés par la plus petite des marges (1-0), pour la première participation du club de la capitale à une compétition européenne. Un résultat qui satisfait pourtant Georges Peyroche, persuadé que ses joueurs peuvent renverser la tendance sur la pelouse du Parc des Princes.

L’entraîneur parisien aligne un trio d’attaquants composé de Toko, N’Gom et Kist, et affiche par la même occasion son ambition : tout pour l’attaque ! Dès les premières minutes de jeu, les occasions s’enchaînent devant les buts bulgares. Logiquement, Paris ouvre le score quand Toko reprend du plat du pied un centre de Bathenay, Paris lance son match (1-0, 20e) !

le onze parisien pour le premier match européen du PSG face au Lokomotiv Sofia au Parc des Princes

le onze parisien pour le premier match européen du PSG face au Lokomotiv Sofia au Parc des Princes

Un seul but de retard à la pause, un miracle pour un Lokomotiv Sofia dépassé. Georges Peyroche est furieux devant le peu de réalisme de ses joueurs et, dès la reprise, les faits lui donnent raison : sur leur première occasion de but, les Bulgares égalisent d’une frappe précise de Bogdanov (1-1, 47e).

Après de longues minutes de flottement, la rencontre bascule finalement de manière inattendue, juste après l’heure de jeu. C’est tout d’abord Baratelli, éternel sauveur des siens, qui détourne superbement une frappe de Velichkov (65e). Sur la relance, le capitaine Dominique Bathenay, envoie un missile qui redonne l’avantage aux siens (2-1, 66e) ! C’est toujours insuffisant pour assurer la qualification, mais les Parisiens se sentent revigorés, et multiplient alors les offensives.

Toko, un but d'anthologie

Toko, un but d’anthologie

La défense bulgare finit par céder à dix minutes du terme, sur un exploit de Toko. L’attaquant tchadien, sur un centre de Zaremba, se couche et effectue une reprise parfaite en demi-volée (3-1, 81e). Les Bulgares, impuissants, ne peuvent éviter la débâcle : le regretté Michel N’Gom perce sur le côté droit et, au terme d’un exploit personnel, marque à son tour (4-1, 85e) avant de donner, avec beaucoup d’altruisme, le dernier but du match à Jean-Claude Lemoult (5-1, 89e).

5-1 pour le premier match au Parc et la première victoire européenne en 1982 pour Kist et le PSG face au Lokomotiv Sofia

5-1 pour le premier match au Parc et la première victoire européenne en 1982 pour Kist et le PSG face au Lokomotiv Sofia

La messe est dite : Paris a réussi sa première européenne et a enflammé le Parc, avec cinq buts au compteur. Le mot de la fin revient à Toko, interviewé au coup de sifflet final et dont la réponse restera gravée dans les mémoires : «Mon but ? Ce n’est pas le plus beau de ma carrière ! J’en ai inscrit des biens plus spectaculaires que celui-ci à l’entraînement ! Vous devriez venir plus souvent au Camp des Loges…»

le programme du match

le programme du match

PARIS SAINT-GERMAIN – LOKOMOTIV SOFIA : 5-1 (1-0)
Coupe d’Europe des Vainqueurs de Coupes – 16e de finale retour
Parc des Princes (Paris)
Arbitre : M. Brummeier (Autriche)
Buts : Toko (20e et 81e), Bathenay (66e), N’Gom (85e), Lemoult (89e) pour Paris. Bogdanov (47e) pour Sofia.
PARIS SAINT-GERMAIN : Baratelli – Fernandez, Pilorget, Bathenay (cap.), Guillochon – Zaremba, Lemoult, Ardiles – Toko, Kist, N’Gom. Entraîneur : G. Peyroche.
LOKOMOTIV SOFIA : Donev – Doudov (Vassiliev 75e), Lalov, Damianov, Markov – Arsov (cap.), Milanov, Doytchev, Bogdanov – Iliev, Velichkov. Entraîneur : G. Berkov.