23 juin 1979, il y a 39 ans, fusion annulée, le PSG sauvé…

PFC, PSG, Racing, un mariage finalement annulé...

PFC, PSG, Racing : un mariage finalement annulé…

23 juin 1979. La mairie de Paris communique : « la ville de Paris et ses partenaires sont convenus de ne pas donner suite à leur projet de constituer une société d’économie mixte sportive nommée Paris 1. Au terme de la saison 1978-1979, la ville de Paris constate en effet que l’expérience consistant à faire coexister dans la Capitale deux équipes de football professionnel en première division n’a pas été concluante. L’Association PFC est maintenue dans sa forme actuelle pour ce qui concerne ses sections amateurs… L’Association PSG est aussi maintenue dans sa forme actuelle. Elle prendra en compte les contrats de 4 joueurs professionnels du PFC que ce club n’a pas pu libérer en fin de saison… A compter de la saison 1979-1980, la ville de Paris attribuera son aide financière à une seule équipe, le PSG ».

Hechter, fan du Racing...

Hechter, fan du Racing…

La fin d’un incroyable feuilleton débuté deux ans plus tôt, qui aurait pu aboutir à la mort du Paris Saint-Germain Football Club…

le 11 mai 1977, le quotidien « L’Équipe » confirme une rumeur persistante depuis plusieurs semaines : le Président Daniel Hechter a rencontré le Président du Racing Club de France, Roger Ménard, pour évoquer une éventuelle association entre les deux clubs. Hechter, grand amoureux du Racing, ne serait pas contre un changement de nom et un retour à l’appellation Racing, ainsi qu’un retour au maillot traditionnel ciel et blanc… Si le nouveau club de la Capitale jouerait toujours au Parc des Princes, le siège du club prendrait place du côté de Colombes.

Philippe Séguin, médiateur pour la création d'un grand club à Paris

Philippe Séguin, médiateur pour la création d’un grand club à Paris

Le 17 mai, le célèbre journaliste Jacques Ferran débute son édito dans France Football avec ces mots : « Que le PSG change de nom et que les couleurs du Racing réapparaissent au niveau de l’élite, est-ce si important… Tout indique que le projet est en bonne voie, et que l’intérêt général commande le transfert de Saint-Germain à Colombes. Il nous apparait que cela seul devrait compter ».

Du côté de Saint-Germain, on ne l’entend pas de cette oreille, et la résistance à un tel projet s’organise. C’est finalement Jacques Chirac, tout nouveau Maire de Paris, qui va mettre un terme à ces négociations discrètes. Le 11 juin 1977, les  dirigeants des trois clubs de la Capitale (PSG, PFC, Racing) sont invités à l’Hôtel de Ville et une éventuelle fusion est envisagée… au mois de mai 1978 ! Philippe Séguin est nommé Médiateur d’une Commission pour la création d’un grand club à Paris.

Francis Borelli, président du PSG depuis janvier 1978

Francis Borelli, président du PSG depuis janvier 1978

Si le PSG va conserver son nom et son indépendance pendant encore un an, l’avenir du club sera remis en question au début de l’année 1978, avec le départ de Daniel Hechter suite à une affaire de double billeterie.

Janvier 1978. Le PSG, sous le choc après l’affaire de la « Caisse Noire » au début de l’année, vit des heures bien sombres. La ville de Paris et son maire Jacques Chirac s’inquiètent pour l’avenir du football dans la Capitale, alors que le Paris Football-Club semble un candidat sérieux pour la montée en première division.

Alain Juppé, chargé de mission pour un grand club à Paris

Alain Juppé, chargé de mission pour un grand club à Paris

La fusion entre le PSG, le PFC et le Racing est plus que jamais d’actualité. Le 25 avril, Francis Borelli, qui a remplacé Daniel Hechter à la présidence du PSG, a participé à une rencontre entre les dirigeants des trois clubs, sous l’égide de la Mairie. Un rapprochement est exigé pour que la ville continue à verser des subventions indispensables pour la survie des trois équipes, une décision qui n’enchante pas le Président Borelli. Le 15 mai, la Mairie confirme officiellement la fusion programmée en juin 1979 entre le PSG, le PFC et le Racing. Alain Juppé est nommé au poste de Chargé de mission pour mener à bien ce projet très critiqué par les dirigeants historiques fidèles à Saint-Germain.

Chirac-Borelli, la guerre de Paris 1 n'aura pas lieu...

Chirac-Borelli, la guerre de Paris 1 n’aura pas lieu…

Le 2 octobre 1978, c’est un véritable coup de massue qui s’abat sur Francis Borelli : la mairie de Paris annonce en grande pompe la future création d’une Société d’économie mixte nommée « Paris 1″ avec pour partenaires le PFC, le Racing et la station de radio Europe 1, alors présidé par un certain Jean-Luc Lagardère… Aucun mot sur le PSG, dont l’avenir s’assombrit depuis la montée en première division du PFC. Francis Borelli ne cache pas son inquiétude : « même le titre choisi pour ce nouveau club, le Paris 1, a un peu l’allure d’une provocation…

Le PSG, seul club de football professionnel à Paris

Le PSG, seul club de football professionnel à Paris

 

 

 

Je veux bien accepter que le PSG vienne après le PFC par ordre alphabétique, mais il n’est pas question que nous devenions Paris 2″. Alain Juppé confirme alors au Président du PSG que la Maire de Paris a de la « sympathie » pour son club mais que le PSG paye ses déficits financiers et les séquelles du passé, allusion voilée à l’affaire de la Caisse Noire..

Le Racing... Paris 1, version Lagardère !

Le Racing… Paris 1, version Lagardère !

C’est finalement sur la pelouse que ce match au sommet va se terminer. Le PSG, après une saison décevante, termine 13eme du championnat en 1978-1979. Mais le PFC fait pire et termine 19eme, une place synonyme de relégation. Jacques Chirac prend acte de ces résultats sportifs et confirme alors, le 23 juin 1979, que le PSG sera désormais le seul et unique club professionnel de la Capitale.

De son côté, Jean-Luc Lagardère n’abandonnera pas l’idée de créer un grand club de football à Paris : en 1982, il reprendra le club du Racing, qui deviendra le… Racing Paris 1 !!!

 

 

23 juin 1979 : le communiqué de la ville de Paris

23 juin 1979 : le communiqué de la ville de Paris